Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

[La Divine] Opération de séduction

[La Divine] Opération de séduction

Vendredi dernier, la rédac’ chef me tombe dessus : « Hadrien, il ne reste plus que toi. » Tu es l’homme de la situation. « Je crois à une promotion subite. » Que nenni : Tu vas chroniquer un film chinois muet. Bigre, votre humble serviteur est aussi calé en ciné qu’en ostréiculture. N’ayant pas d’excuses pour esquiver la tâche, me voilà parti à l’aventure avec La Divine (The Godness ou Shen nü en VO) de Yonggang Wu.

De l’art d’avoir une vie pas sympa

La Divine conte l’histoire d’une femme à l’existence tarabiscotée. Si j’ai bien compris, en plus d’une carrière peu enviable de prostituée, notre chère divine semble dotée d’un mari (ou son mac) particulièrement odieux. Heureusement, elle a un enfant pour illuminer sa vie. Mais parce que décidément la vie est une garce, on empêche son petit bambin d’aller à l’école, sous la pression d’autres mères de famille. Rendez-vous compte, ça ferait mauvais genre que l’école accepte un fils de…

La maman et la putain

La version chinoise du fantasme «  la mère et la putain  » ? Oui mais non, bande de coquins ! Pour rappel, le film est sorti en 1934. On imagine aisément que des livres marxistes devaient traîner ça et là sur le plateau. Forcément, la misère et l’exclusion sociale par des méchants bourgeois sont plus ou moins de la partie. Néanmoins, le film effleure ces thématiques pour les aborder avec pertinence. La Divine joue avec la bienséance et c’est là tout son charme.

Petite leçon de séduction

Elle suggère son propos avec une justesse exquise. Comment expliquer la vie de la malheureuse ? Une séquence autour des pieds (battant le pavé, accompagnant d’autres hommes) et le tour est joué. Comment traduire sans parole la joie que lui procure son fils ou le dégoût qu’elle a pour son mari/mac ? Un plan serré sur le visage et l’affaire est réglée. L’absence de son n’est alors pas si gênant, même pour un novice comme moi, puisqu’on comprend tout.

Les rudiments du métier

Yonggang Wu propose un cinéma de l’émotion et nous (re)plonge dans la langue du 7e art  : le langage visuel. Si on constate que certains éléments, comme la mise en scène, sont vieillissants d’un point de vue contemporain le film nous parle toujours par le classicisme de ses prises de vue, de son montage. On est prêt à parier qu’on trouve du Yonggang Wu dans les derniers chefs-d’œuvre sortis en salle. Si le cinéma a fait son chemin depuis, La Divine continue à nous faire de l’œil avec élégance, et nous rappelle les rudiments du vieux métier de cinéaste.

Hadrien Bibard

Fiche technique
Film & Réalisateur : La Divine de Yonggang Wu
Pays : Chine
Année : 1934
Durée : 1h20
Première diffusion : Jeudi 21 Novembre à 18h30 au Katorza